"Goods girls go to Heaven, bad girls go to Amsterdam"

Titre: Les grandes jambes

Auteur: Sophie Andriansen

Editions: Slalom

Date de parution: 9 juin 2016

 

Marion est en 5e et vit un véritable drame: elle n'arrête pas de grandir et par conséquent elle ne trouve aucun jean à sa taille. Ses maudites chaussettes apparaissent toujours. En plus de ce complexe préoccupant, il y a Grégory, un collégien qui déclenche son radar à tous les coups. Mais un projet scolaire autour des peintres flamands et d'un voyage à Amsterdam va donner un autre éclairage à sa vie d'adolescente.

 

Car les voyages, c'est bien connu, forment la jeunesse.

 

Je dois avouer que le premier contact avec ce court roman a été rude. Alors que Marion ressent humiliation sur humiliation dans sa cabine d'essayage, elle se permet d'émettre un avis cruel sur les rondeurs d'une vendeuse. L'immaturité du personnage est clairement annoncée d'entrée de jeu. Marion est moquée, mais elle-même est loin d'être à l'abri de ce travers!

Hormis cet écart dès l'ouverture du roman, Marion reste un personnage agréable, très proche des pré-adolescents que l'on connaît: versatile, agaçante parfois, touchante souvent. Le roman aborde de façon très simple et juste les déboires des années collège: les émois amoureux, les moqueries et humiliations, les peurs. Mais la leçon de l'auteur, c'est que tout cela s'efface devant l'art ou la force de grandes figures comme Anne Frank. En effet, le voyage à Amsterdam atteint l'objectif qu'on prête à tout voyage: le décentrement salutaire.

La Ronde de Nuit de Rembrandt ouvre et le roman et devient presque un personnage à part entière du récit. Il agit comme un guide initiatique auprès de Marion et lui révèle que les choses peuvent être plus simples qu'on ne le croit. La description du tableau, véritable ekphrasis, s'anime tellement qu'on pourrait croire Marion frappé du fameux syndrome de Stendhal.

Ce que j'ai préféré dans ce roman, en plus de l'intégration d'une œuvre d'art classique au sein du récit, c'est la capacité de l'auteur de traiter des sujets divers concernant au plus près les adolescents de façon légère et parfois comme en passant. Ainsi glisse-t-elle quelques réflexions pertinente sur l'intégration des étrangers ou encore sur les vocations.

Un bon roman pour les jeunes lecteurs s'apprêtant à entrer au collège.

Encore merci aux éditions Slalom qui m'ont fait gagner ce roman.

La Ronde de Nuit, Rembrandt, Rijksmuseum, Amsterdam
La Ronde de Nuit, Rembrandt, Rijksmuseum, Amsterdam

Écrire commentaire

Commentaires : 0