[LECTURES SCOLAIRES]Ô grands mots...

Dans le cadre d'une préparation de cours, voici la liste des tragédies que j'ai (re)lue:

- Racine, Andromaque

- Racine, Phèdre

- Anouilh, Médée

- Corneille, Médée

 

Ces tragédies mettent en scène trois femmes, trois reines confrontées à des décisions impossibles: épouser son ennemi et trahir le souvenir de son mari pour sauver son fils, accepter de voir son amant pour qui elle a tout abandonné la quitter pour épouser une autre princesse, aimer passionnément le fils de son époux.

Le dilemme est le cœur de la tragédie, c'est ce qui fait sa puissance. Le lecteur (et le spectateur) oscille entre répugnance et pitié. Il se sent pris au piège avec le personnage et éprouve la même torture, produite par une forme de suspense. C'est ce qu'on appelle communément la catharsis d'après La Poétique d'Aristote. Pourtant de suspense, il n'y en a que très peu. Généralement, on connaît l'issue de la pièce, soit parce qu'on connaît le mythe soit parce qu'on part du principe que tout le monde meurt à la fin. Le suspense réside plutôt dans le retard, l'attente de cette fin.

On trouve aussi un certain plaisir à observer comment chaque auteur introduit une variation en traitant le mythe. Chacune est une vision personnelle de l'humanité et de ses passions. Sans parler du style! Quelle maîtrise du langage dans chaque version!

Le point commun entre ces mythes et tragédies est le thème du monstre. Certes, dans Phèdre, un des personnages raconte l'apparition d'un monstre mais c'est surtout les passions des personnages qui sont monstrueuses. Phèdre entretient une flamme coupable pour son beau-fils. Son aveux est qualifié de monstrueux et plus encore son mensonge et donc son crime. Hermione, folle de jalousie et criant vengeance pour la trahison de Pyrrhus pousse Oreste à l'assassiner. Là encore, un crime violent et monstrueux. Mais le plus horrible reste sans doute le crime de Médée qui assassine ses deux enfants pour ne pas les laisser à Jason, pour qu'il ne lui arrache pas, pour qu'il souffre autant qu'elle. Toutes victimes, toutes coupables d'un crime. La seule question qui bouscule le lecteur (et le spectateur) reste: et moi, qu'aurais-je fait?

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    MsGoliath (lundi, 28 mars 2016 18:53)

    Médée <3

  • #2

    Ahez (Betweenthebooks) (vendredi, 15 avril 2016 13:29)

    Ouiiiiii! Médée! Un de mes personnages mythologiques préférés!