Quand une Intelligence Artificielle prend le pouvoir

 

Titre: Ciel 1.0. L'hiver des machines

Auteur: Johan Heliot

Éditeur: Gulf Stream

Date de parution: octobre 2014

 

Petite replongée dans le monde de la jeunesse par le plus grand des hasards. Abonnée à France Loisirs, je devais choisir un roman, or celui sur lequel je portais tous mes vœux était épuisé. Je me suis donc rabattue sur Ciel 1.0. Et je ne regrette pas du tout!

De quoi ça cause? Dans un futur pas si lointain, une Intelligence Artificielle nommée Ciel gère la distribution de l'eau et de électricité à un niveau mondial. Quelques jours avant Noël, le flux cesse tout-à-fait et les machines se retournent contre les hommes. Débute un long hiver vu à travers cinq regards: Tomi, le grand-père; Sarah et Peter, les parents divorcés; Jennifer et Thomas, leurs deux adolescents, tous éloignés les uns des autres en Europe.

Voilà un bon roman jeunesse pour reprendre ce genre de lecture. Comme il s'agit d'un roman jeunesse et d'autant plus parce qu'il s'agit d'un premier tome, les personnages ne sont pas encore assez creusés et peut-être encore superficiels. Cependant, j'ai bon espoir que l'évolution soit positive.Les cinq personnages ont des identités bien marquées et échappent pour le moment aux clichés, grand danger du genre!

La langue est simple, efficace, et sans chichi, ce qui est nécessaire quand on veut mettre en avant l'action. En effet, la grande force du roman c'est l'univers et l'intrigue qui sont si intéressants qu'ils nous captivent très rapidement. J'ai trouvé la situation très vraisemblable pour de la "science-fiction", ce qui renforce d'autant plus sont côté inquiétant. On peut ajouter que le roman entretient plutôt bien le suspense en ménageant de nombreuses zones d'ombre, en particulier en ce qui concerne les motivations de l'I.A.

En bref, un roman efficace qui permet de réfléchir sur notre dépendance à la modernité; un tome 1 alléchant et qui laisse espérer de nombreux retournements de situation.

 

Ma note: 14/20

         

Écrire commentaire

Commentaires : 0